Simplifier l'autorisation préalable, un avantage pour tous

Assureur et responsable des prestations pharmaceutiques​​

Un couple souriant rencontre un gestionnaire de prestations pharmaceutiques.

Pourquoi s’intéresser à l’autorisation préalable?

De nombreux intervenants s’intéressent à l’autorisation préalable (AP) et certains d’entre eux ont besoin d’aide pour comprendre le processus. Ce site a pour but de fournir des informations et de l’éducation à ces intervenants et de démystifier le processus. Des rubriques contenant plus d’informations sur l’autorisation préalable seront ajoutées au site prochainement. 

Cette rubrique est destinée aux assureurs et aux gestionnaires de prestations pharmaceutiques (GPP), les payeurs, qui sont responsables du règlement des demandes d’autorisation préalable. Elle met en évidence la façon dont les autres intervenants du domaine de l’autorisation préalable font l’expérience du processus d’autorisation préalable et comment ils le perçoivent, de même que les pratiques actuellement en place.

Les conseillers, les promoteurs de régimes et les professionnels de la santé savent que le nombre total de demandes de remboursement de médicaments et les dépenses liées aux médicaments de spécialité sont en hausse. En plus des rapports de réclamation et de renouvellement des assureurs, les rapports annuels publiés par les gestionnaires de prestations pharmaceutiques (GPP) Express Scripts et TELUS ont fait un bon travail d’éducation auprès de certains intervenants de l’autorisation préalable sur les coûts et les tendances associés à l’essor des médicaments de spécialité. Les rapports sur les dépenses en médicaments de spécialité en 2022 comprenaient :

  • Express Scripts Canada a indiqué que les médicaments de spécialité ne représentaient que 0,9 % du total des demandes de remboursement, mais qu’ils comptaient pour 29 % des dépenses totales en médicaments des régimes d’assurances collectives, soit une hausse de 6,8 % par rapport à l’année précédente.
  • TELUS Santé a indiqué que les médicaments de spécialité représentaient 34 % du montant total admissible, bien qu’ils ne constituent que 1,4 % du total des demandes de remboursement

TELUS Santé a prédit publiquement que si les tendances actuelles se maintenaient, les médicaments de spécialité représenteraient près de la moitié des montants admissibles moyens d’ici 2026. Cette situation est préoccupante pour les payeurs, les conseillers et les promoteurs de régimes.

Alors que les payeurs sont de plus en plus conscients des tendances en matière de médicaments de spécialité, l’information et l’éducation sur le processus d’autorisation préalable ne sont pas aussi largement disponibles, en particulier pour les personnes touchées par l’autorisation préalable.